Euro21
Projet Euro21
Projet Euro21

EURO 21 : Une voie pour nos territoires

Projets ferroviaires

Des accords concernant les liaisons ferroviaires ont été signés à l’occasion du XXe sommet franco-espagnol qui s’est déroulé à Paris le 10 janvier 2008. Les deux pays ont exprimé le souhait de donner une impulsion aux travaux qu’ils mènent de manière conjointe et coordonnée pour le développement à court et moyen termes de la grande vitesse sur les nouvelles liaisons ferroviaires atlantique et méditerranéenne, ainsi qu’aux études sur un projet de traversée transpyrénéenne à grande capacité.

Cette impulsion doit permettre d’accroître de manière substantielle les trafics ferroviaires au travers des Pyrénées, tant de passagers que de marchandises. Dans ce sens, les deux pays se fixent comme objectif, à moyen terme, de tripler le volume actuel de marchandises transportées pour atteindre 10 % du trafic terrestre. Pour cela, le développement des infrastructures devra s’accompagner d’un renforcement des services de transport (transport combiné et autres nouvelles techniques bimodales comme les autoroutes ferroviaires).

Liaison méditerranéenne : Figueras-Perpignan-Montpellier

Actions côté français :

  • Concrétisation du contournement ferroviaire de Nîmes-Montpellier dans le cadre d’un contrat de partenariat public-privé dont l’appel d’offres a été lancé en 2008.
  • Mise en place d’un programme de modernisation de la ligne actuelle entre Perpignan et Montpellier, et des procédures nécessaires à la construction d’une nouvelle ligne à grande vitesse entre Perpignan et Montpellier, sous réserve des conclusions du débat public, qui aura lieu au premier semestre 2009.

Actions côté espagnol :

  • Mise en service de la ligne à grande vitesse reliant Madrid à Barcelone le 20 février 2008.
  • Mise en service de la ligne à grande vitesse Barcelone – Figueras en 2012.
  • Mise en oeuvre de plusieurs actions complémentaires destinées à avancer la date de mise en fonctionnement de la nouvelle liaison Figueras – Perpignan au premier semestre 2010.

Liaison atlantique : Vitoria-Dax

Actions communes :

  • Début des activités de la Commission intergouvernementale (CIG), dont la mission consiste à : – informer les deux gouvernements et émettre toute proposition opportune concernant les études, les projets, le financement, la construction et l’exploitation future de la section internationale ; – superviser, au nom des deux gouvernements et par délégation, les travaux réalisés par le Groupement Européen d’Intérêt Economique (GEIE) ; – coordonner les projets d’infrastructures ferroviaires français et espagnols de la section internationale et ceux correspondant au reste des tronçons entre Dax et Vitoria, à moyen et à long termes.

Actions côté français :

  • Lancement de l’appel d’offres pour la concession de la construction et de l’exploitation d’une nouvelle ligne à grande vitesse entre Tours et Bordeaux en 2008.
  • Lancement des études de nouvelle ligne à grande vitesse reliant Bordeaux et l’Espagne, ainsi que de la liaison Bordeaux-Toulouse à partir des conclusions du débat public qui s’est déroulé en 2005. Une enquête publique est prévue à cette fin en 2011.
  • Modernisation de la ligne reliant actuellement Bordeaux et l’Espagne pour que cette liaison s’effectue dans de bonnes conditions en vue de la mise en service du « Y basque ».
  • Préparation du débat public pour la prolongation de la LGV Bordeaux-Toulouse jusqu’à Narbonne.

Actions côté espagnol :

  • Mise en service, le 22 décembre 2007, du tronçon reliant Madrid et Valladolid.
  • Début des travaux sur différents tronçons entre Vitoria et la frontière.
  • Fin des appels d’offres concernant les projets Valladolid-Vitoria et mise en service du contournement de Burgos en 2008.

Ligne ferroviaire Saragosse – Canfranc – Pau

Actions communes :

  • L’Espagne et la France ont proposé à la Communauté Autonome d’Aragon et à la Région Aquitaine de participer, au sein d’un groupe de travail qui s’est déjà réuni à deux reprises, à l’évaluation du projet de réouverture de la ligne ferroviaire Canfranc-Pau. Les deux pays fourniront l’assistance technique nécessaire à l’exécution de cette tâche (en particulier l’analyse des conditions d’exploitation et de sécurité du tunnel de Canfranc).