Euro21
Projet Euro21
Projet Euro21

EURO 21 : Une voie pour nos territoires

Le potentiel d’intermodalité associé

Le projet de TCP consiste en une nouvelle liaison ferroviaire à grande capacité associant des services de fret traditionnel, des services d’autoroutes ferroviaires (mode transport combiné accompagné consistant à transporter sur un train spécial la remorque, le tracteur accompagné du chauffeur pour le franchissement), des trains-navettes transportant des voitures, des camions et des cars, avec leurs chauffeurs et leurs passagers, ainsi que des trains de voyageurs.

Les dernières études de trafics en matière de fret en date ont été réalisées en 2009 par l’institut Cerda dans le cadre du programme Pirene IV. Deux scénarios sont proposés à l’horizon 2030. Ils estiment un potentiel de trafic pour ce nouvel axe central entre 22 Mt et 34 Mt, correspondant respectivement à une part modale du fret ferroviaire de 17 % et 22 % pour le franchissement des Pyrénées (contre une part modale de 4,5 % actuellement).

Ces études ne prennent pas en compte les trafics des camions sur trainsnavettes.

Le scénario plus volontariste tient compte des éléments externes influant sur le contexte économique du transport de marchandises : augmentation significative du prix des énergies fossiles, mise en place d’une écotaxe / eurovignette, développement des infrastructures dédiées au fret ferroviaire en France et en Espagne.

Sur la base des observations actuelles (part du trafic intermodal fer/route dans le fret ferroviaire transpyrénéen), nous pouvons estimer un potentiel de trafic pour les services d’autoroute ferroviaire variant entre 9,3 Mt et 14,6 Mt suivant le scénario considéré à l’horizon 2030. Ce trafic intermodal correspond à un potentiel de trafic PL compris entre 1 900 et 3 000 PL/jour susceptible de concerner l’axe de la RN21 à partir de l’horizon 2030.