Euro21
Projet Euro21
Projet Euro21

EURO 21 : Une voie pour nos territoires

Tendances d’évolution sur la zone d’étude

En 2020, avec la méthode appliquée, la zone d’étude devrait compter plus de 1 542 000 habitants, soit une évolution annuelle moyenne depuis 2006, de + 0,2 %. Par rapport à la période 1999-2006, ce taux de croissance est donc un peu plus faible (+ 0,6 %) conformément aux prévisions de l’INSEE. Les départements du Lot-et-Garonne, du Gers et des Hautes-Pyrénées sont les moins bien lotis des cinq départements étudiés.

Au sein des 188 cantons, le nombre de cantons enregistrant une évolution négative durant cette période (80) s’approche de celui de la période 1990-1999 (88) ; alors qu’entre 1999-2006, ils étaient nettement moins nombreux(28). La situation démographique des territoires traversés par la RN21 va donc connaître entre 2006 et 2020, une stabilisation de son évolution par rapport à la période précédente.

Comme sur la période précédente, l’âge moyen de la population de ces cinq départements devrait continuer à augmenter.

De même, le déséquilibre entre les espaces urbains et ruraux sera grandissant. Les cantons les plus ruraux, déjà très âgés, continueront inéluctablement à perdre des habitants.

Globalement, ce sont les cantons situés autour des villes qui connaîtront les plus fortes croissances. Ailleurs, les situations seront contrastées.

Parmi les cantons les plus prospères, citons :

  • L’Isle-Jourdain ou bien Cologne, Samatan et Lombez dans le Gers ;
  • Nieul, Pierre Buffière, Limoges Couzeix, Limoges Condat en Haute- Vienne ;
  • Marmande Ouest, Puymirol, Laplume et Villeneuve-sur-Lot dans le Lotet-Garonne ;
  • Bordères – Luchon, Aucun, Lourdes Est et Pouyastruc dans les Hautes-Pyrénées ;
  • Salignac – Eyzignes en Dordogne.