Euro21
Projet Euro21
Projet Euro21

EURO 21 : Une voie pour nos territoires

Exemple proche : l’autoroute A20 Brive – Montauban (130 km concédés)

Le bilan Loti de cette autoroute qui se situe en frange Ouest du Massif Central, débutant dans le département de la Corrèze en prolongement de l’A20 non concédée (Vierzon – Brive), puis traversant du Nord au Sud le département du Lot et celui du Tarn-et-Garonne pour se raccorder à l’A62 (Toulouse – Bordeaux), a permis le désenclavement de territoires ruraux au profil économique proche de ceux desservis par la RN21. Les principaux effets constatés dix ans après la mise en service du premier tronçon (Montauban – Cahors Sud) et cinq ans après l’ouverture totale des 130 km d’autoroute (dernière section ouverte : Cahors Nord – Cahors Sud) sont les suivants :

  • Un développement démographique tout au long de l’axe : avec des effets plus importants au sein des communes proches des échangeurs cherchant à profiter de cet essor : exemple : Lalbenque au niveau de l’échangeur Cahors Sud ; contre exemple : Caussade qui n’a pas ouvert suffisamment de zones à l’urbanisation suite à la mise en service de l’autoroute.
  • Une concentration des locaux d’activités sur Montauban et Brive plus forte que sur le reste de l’axe (effet carrefour autoroutier). Celle-ci est plus marquée à Montauban en raison d’une desserte autoroutière plus ancienne et de sa logique de développement avec l’agglomération toulousaine. Cahors, préfecture de petite taille, située au centre de l’axe, sans passé industriel, n’a enregistré qu’un faible essor dans ce domaine.
  • Une évasion commerciale au profit de ces deux agglomérations : Cahors souffre de la concurrence montalbanaise et Souillac de celle de Brive. Une modification importante du tissu commercial a également été constatée le long de la RN20 déviée, notamment les premières années de mise en service. Pour ce thème, l’A20 a vraiment été révélatrice des faiblesses en place entre les commerçants prêts à modifier leur activité et ceux qui n’ont pas su anticiper les effets de l’autoroute.
  • Une consolidation des pôles industriels existants : l’A20 a conforté les établissements existants mais a aussi permis le développement de nouvelles entreprises, essentiellement aux extrémités du barreau autoroutier. Les branches « IAA, industries mécaniques, logistiques fret et commerce de gros mais également commerce de détail (en raison de l’essor démographique) » ont bénéficié des effets de l’A20.
  • Des projets de zones d’activités ont été favorisés à proximité des diffuseurs. C’est le cas des zones Albanord à Montauban, SYMA A20 à Brive, SYCALA à Cahors (Sud) et la future ZA aménagée autour du nouvel aéroport Brive - vallée de La Dordogne. L’anticipation et l’intercommunalité sont garantes de la naissance de ces projets.

En revanche, la réussite de leur commercialisation dépend fortement de l’attrait économique de la zone. Ainsi, la zone du SYCALA à Cahors a connu un succès mitigé. Plusieurs raisons expliquent cette mauvaise réussite commerciale : la faible portance politique du projet, l’existence de fortes contraintes environnementales qui ont grevé le coût de vente des lots, l’isolement du site par rapport au centre de Cahors, à l’écart de toute urbanisation, …

Certaines ZA éloignées de l’A20 mais reliées par des routes départementales de qualité (politique d’accompagnement du Conseil Général du Lot) ont profité de l’effet A20 : c’est le cas par exemple du bassin de Figeac et dans une moindre mesure, celui de Gourdon.

  • Un essor de la filière fruits (rapprochement du marché Nord (Rungis notamment)).
  • Des effets certains sur la fréquentation touristique mais difficiles à quantifier : – la clientèle espagnole est en forte croissance dans le secteur (attrait Quercy et Périgord Noir), – l’accueil de Toulousains et Clermontois (A89) est plus important, – de nombreux sites ont été mis en valeur à travers l’aire-jardin des Causses du Lot aménagée sur une des aires de l’autoroute mais cet outil de promotion s’avère toutefois insuffisamment exploité notamment par rapport aux espérances initiales, – plusieurs implantations de chaînes d’hôtels ont été enregistrées à Brive (carrefour A20/A89).